À lire : Alabama Song ; À voir : Factory Girl.

Hey vous, comment allez vous ?
Je vous retrouve aujourd’hui pour vous présenter respectivement un livre et un film, constituant des biopics sur des vies de femme. Mais pas n’importe quelles vies et pas n’importe quelles femmes : deux femmes connues, deux muses, deux femmes sous l’emprise d’hommes illustres et instrumentalisées par ceux ci, deux femmes perdues et fragiles et atteintes de troubles mentaux. Il s’agit donc de Zelda Fitzgerald et d’Edie Sedgwick. 

zelda_crop  openingintro


Alabama Song, Gilles Leroy.
Gilles Leroy nous propose une autobiographie fictive de Zelda Fitzgerald, épouse et égérie de Francis Scott Fitzgerald, grand écrivain. Le livre, bien que ne constituant pas une réelle autobiographie, est appuyé sur un long et conséquent travail de recherche, Gilles Leroy met sa plume au service de l’histoire, de la vie, des pensées et sentiments de Zelda Fitzgerald.
Le couple que constituait Zelda et Scott s’est déchiré, manipulé, testé, exposé et s’est abîmé. Le portrait d’une femme fragile, faite de contradiction, retrouvée bien trop tôt sous le feu des projecteurs mais surtout femme, muse et pute d’un homme complexe et manipulateur est alors dressé. Outre le couple et la vie d’artiste durant les années folles dépeints, on y retrouve aussi une description de l’intérieur d’un trouble mental que je ne citerai pas. En effet, Zelda Fitzgerald fut à maintes reprises internée pour troubles mentaux. La vie d’excès, d’alcool, de risques, de fêtes, de provocations mais aussi et surtout de souffrance du couple et plus particulièrement de Zelda y est retranscrite.
En cela je trouve le livre très bien fait et « nécessaire » car les « fous », ou plutôt malades (parce que oui, il s’agit là de maladie) sont bien souvent stigmatisés et le regard porté sur leur maladie ainsi qu’eux même est souvent difficile à supporter, et le livre rend compte avant tout de la souffrance éprouvée par les gens atteints de maladies mentales. 
L’écriture est très agréable, fluide, compréhensible sans pour autant être pauvre ou simple. Le livre se lit très facilement, sans être pauvre.
Il a obtenu le prix Goncourt ainsi que de nombreux autres en 2007.

À titre personnel cette lecture m’a fait un bien fou. Premièrement j’ai vraiment accroché avec la forme qui est à mon goût proche de le perfection. Deuxièmement, cette façon de vivre la folie de l’intérieur est une expérience qui donne à réfléchir, à faire preuve d’une plus grande empathie. Enfin, en bonne célibataire, la lecture ne fut pas tant cathartique mais m’a donnée à réfléchir à la notion d’amour, de réfléchir aux limites qui font qu’une relation ou qu’une personne est bonne ou mauvaise. Autrement dit, le livre peut, au mieux faire réfléchir, au pire vous faire passer un agréable moment. 

alabamasong


Factory Girl, George Hickenlooper.
Le film retrace l’évolution d’Edie Sedgwick, muse et égérie d’Andy Warhol, à la Fcatory. Nous sommes donc dans les années 60, dans un lieu de création mais aussi d’excès, le tout dirigé, presque régenté par un Andy Warhol montré comme un personnage froid et manipulateur. Edie, une jeune femme un peu naïve et fragile se retrouve projetée en égérie et muse, adulée et exposée par un Andy Warhol ambivalent. Elle entame aussi une relation amoureuse avec Bob Dylan.
Encore une fois, dans la lignée d’Alabama song, le film montre une femme fragile, atteintes de troubles mentaux, exposée et instrumentalisée par un homme bien que leur relation ne soit pas d’ordre amoureux.
Le film laisse lui aussi à réfléchir aux relations humaines, aux maladies mentales, aux ressentis et émotions liées à celles ci, mais aussi à l’emprise, à l’influence de certaines personnalités. 


Voilà pour ces deux biopics et portraits de femmes, qui bien que leurs histoires diffèrent, se ressemblent beaucoup. Le livre et le film constituent des pistes de réflexion et de compréhension quant aux troubles mentaux, à la condition de « muse » qui n’est peut être pas tant enviable que cela, mais aussi aux relations humaines
C’est tout pour moi, j’espère que cet article vous plaît, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et en attendant je vous fais plein de gros bisous. 

Auteur : margauxetimparfaite

Blogueuse mode et beauté juste pour le plaisir de partager et/ou donner des idées. Et n'oubliez pas de vous accepter comme vous êtes !

Un commentaire

Dites moi ce que vous en pensez.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s